Toutes les publications disponibles en ligne :

QDRP, quintessence Dentisterie Restauratrice et Prothèse :

l'apport du digital aux choix fonctionnels et esthétiques.

De l'intérêt de la dentisterie 4D.

Les flux digitaux contemporains permettent un gain de temps et de précision. Le concept Digital Smile Design (DSD), les masques d'essais (mock-up) et la dentisterie émotionnelle ont bouleversé la dentisterie esthétique...

L'esthétique, la fonction & la CFAO

Un cas complet en images : du diagnostic, point de départ esthétique, optimisation de la fonction, au projet prothétique. Un virage digital pour la profession.

Comprendre la CFAO 4D

L'imagerie en trois dimensions a envahi nos espaces de travail et bouleversé les procédures de conception des prothèses dentaires. La "quatrième dimension" ajoute le facteur temps, en animant les modèles selon l'exact déplacement des arcades des patients.

Nouvelles perspectives en CFAO

Trois ans de recul sur un cas clinique analyse et géré par l’informatique

Impressions 3D au service de l'esthétique et de la fonction

L’incorporation des nouvelles technologies 3D au laboratoire et au cabinet dentaire oblige à adopter de nouveaux protocoles. Il est certain que cela bouleverse  nos habitudes et qu’il faut avoir à tout moment à l’esprit les indications, mais aussi  les limites de chaque procédé.

Occlusion & CFAO

C’est la filière complète de la réalisation des prothèses qui se transforme petit à petit. Ces évolutions se font au rythme de la technologie informatique donc rapidement. Ainsi, il est opportun d’esquisser un tableau synoptique de la prise en charge en CFAO de l’une des finalités des prothèses dentaires : l’occlusion.

Technique adhésive : le traitement d’un cas de denture fortement érodée

Le cas présenté ici donne l’occasion de décrire ces différentes séquences conduisant à l’adhésion des vitrocéramiques aux structures dentaires et d’en rechercher l’optimisation.

La gestion de l’occlusion par les systèmes de CFAO : les critères de choix

Le cheminement thérapeutique commence par le choix du type d’occlusion le plus judicieux face aux exigences prothétiques et biomécaniques. Un autre choix à faire est celui des différents outils de gestion de la relation mandibulo-maxillaire (RMM) pour transmettre les données au laboratoire de prothèses qui mettra en forme les tables occlusales.